Jésus est le vrai pain de vie

James Tissot, 1836-1902 Recommandation aux apôtres

La nourriture qui se perd, et celle qui donne la vie éternelle

Dans la synagogue de Capharnaüm, Jésus enseigne, dans la foi en Lui qui a été envoyé par le Père, l’œuvre que Dieu désire pour chaque homme. Mais la foule de Galilée considère ses miracles insuffisants pour affirmer sa foi. Elle attend un miracle semblable, sinon supérieur, à la manne que Moïse a fait descendre du ciel.
Non, rectifie Jésus. Ce n’est pas Moïse, mais Dieu qui a envoyé la manne aux Israélites pour les nourrir. Et c’est encore Dieu qui invite chaque homme à répondre à son aspiration profonde, à la Vie qui n'a pas de fin.  Jésus est le vrai pain de vie. Et qui ne croit pas en Lui est coupable, parce que dans l’ère messianique il suffit, pour croire, de se laisser attirer par la grâce de Dieu. Qu’est-ce qu’était la manne par rapport au pain que Jésus a promis? Un aliment qui ne préserve pas de la mort. Lui, en revanche, assure la vie éternelle.
Suit l’allusion à l'Eucharistie, à sa chair qui sera offerte en sacrifice pour l'humanité. Qui reçoit cette nourriture authentique recevra la Vie éternelle,  de Celui que le Père a créé comme donateur  de la vie.
De nombreux disciples trouvèrent ce discours mystérieux et difficile à accepter. Cependant la croix et la conséquente glorification du Crucifié montrent que l'Eucharistie, avec la parole de l’Esprit, est vraiment capable de donner la vie.
Beaucoup  de ses disciples, note l'évangéliste, abandonnèrent Jésus. Mais Pierre, en revanche, au nom des apôtres, confirme sa foi en ce Messie que Dieu a envoyé  et consacré, et dont les paroles transmettent la vie éternelle, pour celui qui les accueille.


M. Adinolfi – G. B. Buzzone, Voyage au cœur de la Terre Sainte, Casale Monferrato 2000, 56-57.

Le Pain de vie

Eucharistie

La tradition liturgique