Eucharistie

James Tissot, 1836-1902 La communion des apôtres

"Jésus-Christ notre Seigneur, qui, avec un amour ineffable s'est donné pour nous." (Celano, première vie de Saint François d'Assise, chapitre XXX, [FF86])

Dans l'Église, comme dans la spiritualité franciscaine, le mystère de l'incarnation du Christ et le don de son corps et de son sang dans l'Eucharistie, représentent le centre et le sommet de la célébration de l’Amour du Père envers ses enfants. Cette annonce faite par Jésus dans la synagogue de Capharnaüm révèle son don mystérieux aux hommes. Mais ces paroles auront pour conséquence d’éloigner beaucoup de ses disciples. Jésus n'est pas compris par tous, il est même considéré comme un fou. Ce que les gens cherchent sont ses miracles et ses guérisons, pas tant la nouveauté et la profondeur du message qu’il venait apporter aux hommes, qui annonçait Son Amour entier pour l'humanité mais qui exigeait une suite plus radicale, et qui n’avait pas la saveur  du merveilleux et du Dieu qui se révèle dans la puissance et la force.
Le discours eucharistique de Jésus dans la synagogue de Capharnaüm annonce à ceux qui le suivent, au lendemain de la multiplication des pains et des poissons, qui est le vrai pain qui ne périt pas. L'annonce de Jésus, qui proclame que celui qui mange sa chair et boit son sang aura la vie éternelle, est une épreuve de foi difficile à surmonter pour les disciples. La foi est demandée aux disciples de cette époque comme à toutes les époques. Quand chacun de nous se trouve devant  le pain et le vin consacrés il a besoin du don de la foi pour accueillir le Christ et avoir en Lui la vie éternelle.

Le Pain de vie

Jésus est le vrai pain de vie

La tradition liturgique