Orfali Gaudenzio

Orfali Gaudenzio

Capharnaum et ses ruines, Parigi 1922

Gaudenzio Orfali, frère mineur qui s'est occupé, début 1900, des fouilles de Capharnaüm a laissé ici un témoignage de ce qu'était l'état du site archéologique et en particulier de la synagogue, décrivant aussi l'image du personnage de Jésus qui, dans ces rues, a souvent mené sa vie publique:

“Assise sur les bords du lac de Génésareth, Capharnaüm s’étageait sur les dernières ondulations des collines qui, de Corozaïn, descendaient jusqu’au rivage. Située au centre même de la rive nord, elle dominait la vue du lac, dont un cirque grandiose de montagnes, aux aspects changeants, avec les heures du jour et les jeux de lumière, allait au loin emprisonner les bords.”
“Les ruines, qui feront l’objet de notre étude dans les pages qui vont suivre, nous disent que depuis la mort de Capharnaüm, quatorze siècles se sont écoulés. La grandiose synagogue, orgueil de ses habitants, est prosternée à terre, dépouillée de tout ce qui la faisait vivante; elle est réduite, si l’on peut s’exprimer ainsi, à l’état de squelette désarticulé. Ses rues, avec un grand nombre d’habitations, sa place, gisent encore sous les décombres, témoins toujours éloquents de son ancienne gloire soudainement obscurcie le jour où une terrible catastrophe sema la désolation et la ruine, là où jadis la douce figure du Sauveur passait pour prier, enseigner et guérir les foules se pressant autour de lui pour acclamer le Messie, fils de David.”

Capharnaüm et ses ruines, Paris 1922, pp. 2/8.

Orfali, Capharnaum et ses ruines