L'église octogonale

Les vestiges archéologiques de l'église octogonale

Dans la seconde moitié du Ve siècle, un projet audacieux a transformé du tout au tout l'enceinte délimitée par le mur de clôture du IVe siècle: la domus-ecclesia et les autres constructions de l'îlot sacré disparaissaient sous un immense remblai pour céder la place, sur le terrain ainsi surélevé, à une église octogonale.

L'église byzantine était d'un modèle complètement différent de la domus-ecclesia antérieure. Une petite abside, située à l'est, marquait la nouvelle orientation. L'ouverture d'une voie d'accès directe à l'église octogonale a nécessité la démolition de plusieurs maisons privées le long du côté extérieur ouest du mur de clôture, ainsi que le démantèlement de ce même mur ouest jusqu'au niveau moyen du pavement de mosaïque de l'église.
Le plan de l'église consistait en un petit octogone central, un octogone concentrique plus grand et un demi-octogone extérieur, qui donnait accès à l'intérieur de l'église et aux sacristies orientales.
Dans une seconde phase, le milieu de l'abside a été pourvu d'une vasque baptismale. Le motif du paon, symbole de l'immortalité, dominait le pavement de mosaïque de l'octogone central.

Les fondations étaient construites en pierres de basalte et en mortier compact; les superstructures, en grands blocs blancs de calcaire.

Ce vaste projet doit être attribué aux chrétiens de la Gentilité, devenus alors assez forts pour contrebalancer la suprématie de la vieille communauté judéo-chrétienne de Capharnaüm. On sait que les relations entre les deux rameaux de la chrétienté n'étaient pas particulièrement excellentes. Les judéo-chrétiens ont souvent rencontré une forte opposition tant de la part des juifs orthodoxes que de celle des pagano-chrétiens. Toutefois, ces derniers n'ont pas hésité à conserver, le caractère sacré de plusieurs sanctuaires judéo-chrétiens.

Dans le cas spécifique de Capharnaüm, il est frappant de constater la relation matérielle qui existe entre la maison ensevelie de S. Pierre et l'octogone superposé.

Une double préoccupation a, en effet, dicté le plan d'une église de forme octogonale: préserver l'enceinte du IVe siècle et, d'une manière spéciale, indiquer l'emplacement exact de la maison de S. Pierre. En fait, les fondations de l'octogone central se trouvaient sur les murs mêmes de la salle carrée (salle n. 1), attribuée à la maison de S. Pierre.
Certes, les pèlerins ne pouvaient plus voir la maison vénérée, ensevelie sous l'octogone central, mais la tradition de la maison n'était pas perdue pour autant.

Un pèlerin de Plaisance, qui a visité Capharnaüm vers 570, écrit: "Item venimus in Capharnaum in domo beati Petri, quae est modo basilica" ("Nous sommes arrivés à Capharnaüm dans la maison du bienheureux Pierre, laquelle est à présent une basilique.

Approfondissements : La maison de Saint-Pierre


Approfondissements : La domus-ecclesia


Histoire et archéologie

L'église octogonale