Domus ecclesia: l’agencement du IVe siècle

Hypothèse de reconstitution de la Domus ecclesia du IVe siècle

Après la deuxième moitié du quatrième siècle une transformation majeure de toute la zone s’opère; la salle vénérée devint le centre d’un complexe religieux plus vaste et organisé.

Grâce à un nouvel atrium construit sur le côté ouest de la pièce et pavé à la chaux blanche les fidèles pouvaient accéder au lieu vénéré, repavé avec un enduit polychrome, et divisé en deux par une grande arche médiane qui soutenait le nouveau toit de la terrasse. Une nouvelle décoration picturale recouvrit les murs de la salle: sur un fond homogène de couleur blanc crème des sujets aniconiques furent peints comme des panneaux géométriques, des bandes de couleurs et des ramages avec des fruits et des fleurs.

Les chrétiens qui arrivèrent à Capharnaüm commencèrent à laisser les traces de leur passage en gravant sur les murs de la salle le nom ou le monogramme de Jésus et quelques invocations liturgiques. Les pèlerins venaient de loin: beaucoup de graffitis sont en grec mais aussi en syriaque, en araméen et en latin.
Parmi ces pèlerins on retrouve aussi la célèbre Egérie, qui, vers 380 après JC décrit la même maison du "Prince des Apôtres" (Pierre) transformée en église.
La découverte des fragments de crépis peints et de graffitis à l'intérieur de la pièce vénérée fut exceptionnelle puisqu’ils ont été réutilisés pour relever le plancher du sol de l’église suivante.

L'agencement de l’espace s'est terminé par la construction d'un mur massif de protection des structures qui l’isola de la zone urbaine, et qui a impliqué aussi la démolition de certaines embrasures. L'accès à toute la zone sacrée se faisait par le nord et par une nouvelle artère.
Sur les deux côtés du nouvel atrium donnant accès à la salle de prière un espace ouvert recouvert de gravier et de chaux a été construit, avec un sol solide pour la circulation des piétons. Deux pièces adossées au nord de la salle vénérée servaient probablement à entreposer les accessoires liturgiques et les offrandes des fidèles. Les vestiges découverts dans les autres pièces de l’îlot indiquent qu’elles ont été utilisées de manière permanente.

LA PROCHAINE PHASE

La Domus ecclesia du IVe siècle: les fouilles

  • Nella nuova sistemazione la stanza venne ampliata e divisa da un arco mediano che sosteneva il tetto.
  • Resti dei pilastri interno della Domus Ecclesia di IV sec. I pilastri sostenevano un arcone centrale alla stanza e mostrano ancora i resti dell’intonaco che li ricopriva.
  • Durante gli scavi sono stati raccolti molti frammenti di intonaco delle pareti della domus eccelsia di IV secolo.
  • Gli intonaci che ricoprivano le pareti della Domus ecclesia sono stati ritrovati negli strati al di sotto del pavimento della Chiesa ottagonale.
  • Numerosi intonaci ritrovati conservano i graffiti lasciati dai pellegrini: si tratta di invocazioni in lingua greca, siriaca, aramaica e latina.
  • Spigolo interno sud-ovest della Domus Ecclesia di IV secolo con resti dell'intonaco dipinto ancora in situ.
  • Una fascia dipinta di rosso, in parte ancora conservata in sito, forma lo zoccolo delle pareti.
  • Frammenti di intonaco. Secondo gli studi di p.Testa una
  • Per migliorare l'accesso pedonale alla domus ecclesia, il pavimento esterno, lungo i due fianchi, venne pavimentato in terra battuta e calce.

Hypothèse de reconstitution de la Domus ecclesia du IVe siècle

  • Cortile di nord. I tetti a terrazza erano raggiungibili da scale. Realizzati in terra battuta necessitavano di continue manutenzioni.
  • Dal cortile sud si apriva un secondo accesso alla domus ecclesia.
  • Il ritrovamento di ceramica comune nelle verie stanze del complesso fanno ritenere che nell'insula continui l'uso abitativo parallelamente a quello sacro.
  • Nella nuova sistemazione la stanza venne ampliata e divisa da un arco mediano che sosteneva il tetto. Una
  • Numerosi intonaci ritrovati conservano i graffiti lasciati dai pellegrini: si tratta di invocazioni in lingua greca, siriaca, aramaica e latina.